Le virus du chikungunya est apparu pour la première fois aux Antilles, à Saint Martin, en novembre 2013, puis s’est propagé dans la région. En Guadeloupe, le premier cas de chikungunya a été détecté en décembre 2013. Une épidémie s’est ensuite progressivement généralisée à partir d’avril 2014. Au vu des conséquences individuelles et collectives de la maladie, les autorités sanitaires avaient rapidement mis en place des moyens de prévention et d’informations pour lutter contre la propagation de l’épidémie. L’arrivée des « grandes vacances scolaires » et l’augmentation du nombre de touristes associée à cette période laissaient craindre une recrudescence de l’épidémie et nécessitaient une sensibilisation de cette population. A la fin du mois d’août, marqué par une régression de l’épidémie, les autorités ont souhaité avoir une idée du niveau de connaissance des personnes ayant séjourné en Guadeloupe afin d’évaluer la qualité de l’information transmise et l’impact sur la propagation de l’épidémie.

Télécharger les pièces jointes: