Femmes

Femmes (6)

3 juin 2015

Ciblant les femmes vivant à Saint-Martin en situation de précarité, l’étude a permis d’identifier certaines pratiques alimentaires de cette catégorie de la population dont les principales caractéristiques sont une composition et un nombre de repas différents des recommandations nutritionnelles par le PNNS et une faible diversité alimentaire. 

 Pour en savoir plus : cliquez ici

3 juin 2015

Cette étude qualitative devait cibler une population de femmes saint-martinoises plutôt précaires.  Finalement, la majorité des entretiens se sont déroulés en milieu hospitalier sur des femmes vivant à Saint-Martin majoritairement d’origine étrangère. Un tiers de la population de Saint-Martin est d’origine étrangère. Ciblant les femmes vivant à Saint-Martin en situation de précarité, l’étude a permis d’identifier certaines pratiques alimentaires de cette catégorie de la population dont les principales caractéristiques sont une composition et un nombre de repas différents des recommandations nutritionnelles par le PNNS et une faible diversité alimentaire. Les entretiens ont également montré l’existence d’un certain décalage entre les normes et les pratiques. Le poids des normes médicales imprègne la façon de penser des femmes (nécessité de manger équilibré), mais peut être difficilement conciliable avec leurs besoins (être rassasié), leurs envies (se faire plaisir), et les contraintes extérieures (le prix, la disponibilité). Ces difficultés sont renforcées quand les valeurs associées à cette norme médicale (être mince) ne correspondent pas à celles des femmes (les rondeurs). La probable sous déclaration des produits gras et sucrés et le fait d’associer une image valorisée (un corps rond) à un comportement négatif (avoir une mauvaise alimentation) traduisent la complexité des relations entre l’alimentation, la santé et le rapport aux corps et induisent la stigmatisation et la culpabilité ressenties par ces femmes.

3 juin 2015

L’enquête CONSANT Saint-Martin, CONnaissances sur la SANTé, croyances et pratiques en termes de prévention cardiovasculaire dans la population de Saint-Martin est une enquête financée par l’Agence de Santé de Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy. La mise en place du questionnaire et de la phase de terrain a été supervisée par le Dr André ATALLAH et l’institut de sondage Qualistat.

L’ARS a confié à l’Observatoire régional de la santé de Guadeloupe l’analyse et la valorisation de l’étude CONSANT de Saint-Martin.

L’ORSaG a opté pour une valorisation sous forme de 5 dossiers thématiques dont une synthèse :

-Activité physique et sédentarité

-Diabète, surcharge pondérale, hypertension artérielle et cholestérol

-Dépistages, cancers et santé gynécologique des femmes 

-Consommation d’alcool et de tabac, qualité de vie

 

19 juin 2013

En Guadeloupe, le taux de césariennes est évalué à 18,9 %* pour l’année 2011. Même s’il est inférieur au constat national (20,5 %* en 2011), ce taux reste élevé. Un des objectifs du Plan Stratégique de Santé Guadeloupe, Saint-Barthélemy, Saint-Martin est de réduire la fréquence des césariennes pour les accouchements à bas risque obstétrical.

Afin de piloter au mieux ses actions, l'Agence de Santé de Guadeloupe, Saint-Martin et Saint-Barthélemy a confié à l’ORSaG la réalisation d’un état des lieux du taux de césariennes en Guadeloupe.

Newsletter

Soyez sûr d'être informé des travaux de l'ORSaG.

Avec le soutien financier de la CGSS de Guadeloupe

Connectez vous avec l'ORSaG

L'ORSaG sur les réseaux sociaux.

Coordonnées de L'ORSaG

Enceinte du GIP RASPEG
Imm. Le Squale, Rue René RABAT
Houelbourg Sud II, 97122 Baie-Mahault

  • Tel. 0590 47 61 94
Vous êtes ici : Accueil Travaux par thématique Populations Femmes